• Sensibilité digestive

    Le Husky est un chien rustique, qui jouit d’une solide constitution physique. Toutefois, il est connu pour présenter une sensibilité digestive. Autrement dit, un Husky a tendance à être dérangé dès qu’il mange quelque chose qu’il n’a pas l’habitude de manger. Ce phénomène est d’autant plus marqué que le chien est jeune et que son système digestif n’est pas encore mature. Voilà qui demande donc quelques précautions, notamment avec un chiot ou un jeune Husky.


    1/ L’alimentation

    Il est vivement recommandé de ne pas changer le régime alimentaire de son Husky et donc la marque de croquettes à laquelle il a été habitué petit. La fausse bonne idée, lorsqu’un chien est dérangé, est de se dire tout de suite : il faut changer de croquettes. Non : le prétendu remède risque d’être pire que le mal ! Si une allergie alimentaire est toujours possible, l’explication se trouve généralement ailleurs. On commencera notamment par s’assurer que le chien :

    • ne mange pas trop vite (il existe des gamelles « anti-glouton » qui permettent de ralentir l’ingestion de croquettes),
    • ne mange pas de friandises (os reconstitués, biscuits, etc.), qui sont non seulement mauvaises pour sa santé en général, mais peuvent causer des dérangements intestinaux. De même, les laitages sont déconseillés.

     


    2/ Les sorties

    Il convient de ne pas laisser son chiot Husky (disons jusqu’à l’âge de 8 mois environ) sans surveillance étroite quand il est dans le jardin. En effet, celui-ci passera le plus clair de son temps la truffe collée au sol, à manger de l’herbe, des feuilles mortes, de la terre, des vers de terre, des gravillons,  bref tout ce qui est à portée de babines. Bouses assurées dans les heures qui suivent…
    Le cas classique est le suivant : le matin, les crottes sont bien formées, alors qu’elles ne le sont plus en fin de journée. Ne cherchez pas : le chiot a passé du temps à jouer dehors et/ou à s’exciter, son maître le surveillant à distance du coin de l’œil… sans vraiment se rendre compte de tout ce qu’il mettait à la bouche.


    3/ Les jouets

    Vigilance particulière avec les jouets et les doudous (que le chiot prendra généralement un malin plaisir à dépiauter, au risque d’ingérer des morceaux ou des bourres), les chaussettes, les lacets de chaussure et tous les petits objets qui pourraient traîner par terre. On veillera de même à tenir les poubelles ainsi que la litière du chat hors de portée du Husky. Dans tous ces cas, les conséquences peuvent être graves : diarrhée, vomissement, voire occlusion intestinale.